Comment faire de la permaculture dans mon jardin ?

Photo of author
article Rédigé par Doog Mac Coe

Doog est un journaliste en herbe au multiple facette. Jovial, sympathique et surfeur infatigable du net. Il parcourt la toile pour dénicher les dernières pépites

Si vous disposez d’un jardin ou d’un espace extérieur et que vous voulez l’exploiter pour faire pousser les fruits et les légumes que vous consommez quotidiennement, il existe plusieurs modèles d’exploitation agricole que vous pouvez suivre. Cependant, comme vous disposez d’un petit espace, il faudrait penser à un modèle de petite exploitation pour éviter d’épuiser les ressources du sol.

La permaculture est l’un des modèles de culture les plus efficaces pour les jardins. Voici donc toutes les astuces pour faire de la permaculture dans votre jardin.

La permaculture, qu’est-ce que c’est ?

Comme c’est le cas pour l’agriculture bio, la permaculture s’inspire de la nature pour recréer, dans un petit espace, tout un écosystème naturel où les différentes espèces plantées interagissent entre elles en toute harmonie. Le principe de base est d’arriver à établir une symbiose parfaite pour que les légumes et les plantes de votre potager puissent bénéficier des conditions optimales à leur développement et leur croissance.

Le terme « permaculture » a été inventé en 1978 par l’écologiste australien David Holmgren et le professeur de psychologie environnementale Bill Mollison. Les permaculteurs visent à concevoir des paysages agricoles qui se maintiennent indéfiniment en régénérant leur fertilité. La permaculture utilise l’écologie comme principal fondement de la conception de systèmes naturels unifiés de production alimentaire et d’habitats humains.

la permaculture
aménagement du jardin pour les techniques de la permaculture

Contrairement aux jardins traditionnels, une fois que vous aurez créé votre jardin cultivé en permaculture, vous n’aurez pas à en prendre soin de manière rigoureuse, car ce sont les plantes qui s’autodéfendent. Il suffit de réunir certaines conditions optimales et laisser la nature suivre son cours, vous n’aurez donc qu’à récolter les biens de votre potager une fois que les légumes et les fruits seront assez mûrs pour être consommés.

Il est important de savoir qu’en adoptant ce modèle, vous n’aurez pas à utiliser de pesticides ou d’engrais, tout doit être 100 % naturel afin d’éviter de détruire votre écosystème. Vous avez toute la liberté de choisir votre méthode d’irrigation, les espèces que vous allez planter dans votre potager en permaculture et les produits naturels que vous utiliserez pour enrichir le sol. Chaque jardin cultivé en permaculture sera par conséquent à l’image de son jardinier.

Comment démarrer un jardin en permaculture en 8 étapes ?

Il existe huit techniques de base de jardinage en permaculture pour se lancer dans un jardin durable.

plantes dans un jardin cultivé avec les techniques de la permaculture
  1. Familiarisez-vous avec votre environnement. Familiarisez-vous avec les plantes indigènes, les insectes et les prédateurs qui habitent votre région et votre zone de plantation. Observez les parties du jardin qui reçoivent le plus de soleil. Identifiez les pentes dans le paysage qui pourraient provoquer une accumulation d’eau de pluie. Y a-t-il des caractéristiques uniques de votre jardin qui pourraient être bénéfiques ? Par exemple, vous avez peut-être de grandes plantes indigènes qui peuvent servir de treillis vivant pour une nouvelle plante dans votre système de permaculture.
  2. Choisissez les plantes en fonction de votre environnement. Lorsque vous décidez de ce que vous allez planter, faites des recherches pour savoir quelles plantes annuelles et vivaces se développeront dans votre habitat environnant. Pratiquez la plantation d’accompagnement en choisissant des cultures qui attirent les insectes bénéfiques, éloignent les nuisibles et fertilisent naturellement votre sol. Plantez des fleurs qui attirent les papillons, faites pousser des herbes qui repoussent les insectes nuisibles des arbres fruitiers, et choisissez des cultures d’engrais verts qui fixent l’azote et augmentent progressivement les nutriments dans votre sol au fil du temps.
  3. Concevez l’aménagement de votre jardin. Une fois que vous vous êtes familiarisé avec votre environnement et que vous connaissez les plantes que vous voulez faire pousser, utilisez ces informations pour planifier
  4. Construisez vos planches de jardin. Les planches surélevées sont idéales pour le jardinage en permaculture, car vous n’avez pas besoin de labourer le sol, ce qui permet de conserver les nutriments intacts. Vos planches surélevées doivent se situer entre 15 et 30 cm au-dessus du sol. Une autre méthode de jardinage sans creusement est le paillage en feuilles. Le paillage en feuilles consiste à créer une zone plantable en superposant des matériaux compostables tels que la paille, le carton, les copeaux de bois et les feuilles sur l’herbe afin de créer un sol sans perturber le travail du sol préexistant.
  5. Plantez votre jardin de permaculture. Commencez par faire pousser les plantes les plus grandes, de manière à ce que les petites plantes sensibles à la lumière directe du soleil puissent bénéficier d’un ombrage. Vérifiez votre conception pour vous assurer que les plantes ayant des besoins similaires en eau et en soleil sont regroupées.
  6. Ajoutez une couche de paillis organique à la terre végétale. Les désherbants chimiques ne sont pas en accord avec les principes du jardinage en permaculture, alors assurez-vous d’ajouter une couche de paillis organique après la plantation pour supprimer les mauvaises herbes et garder votre sol humide. Les types de paillis les plus courants sont les feuilles, le papier journal, la paille, les copeaux de bois, l’écorce déchiquetée et les déchets d’herbe.
  7. Ajoutez du compost sans perturber le sol. Évitez les engrais chimiques et utilisez plutôt un compost naturel rempli de matières organiques. Les choix les plus courants en matière de compostage sont le fumier et les déchets de cuisine que vous pouvez recueillir dans un bac à compost. Les turricules de vers de terre et le thé de vers de terre sont également d’excellentes options, car ils sont extrêmement riches en nutriments et ajoutent des microbes bénéfiques à votre sol.
  8. Utilisez un système d’arrosage efficace et durable. Assurez-vous d’utiliser la quantité minimale d’eau nécessaire au bon fonctionnement de votre jardin. Un système d’irrigation goutte à goutte à faible consommation est un excellent choix pour arroser directement votre sol avec une évaporation minimale. Récupérez les eaux de pluie des gouttières de votre toit et recyclez-les dans votre système d’arrosage.

L’optimisation des ressources : un élément clé en permaculture

En effet, les jardins potagers cultivés en permaculture ne se basent pas seulement sur l’optimisation du sol, mais aussi sur toutes les autres ressources comme l’eau et le soleil. Sachez que tout est recyclable et il faut faire jouer cette caractéristique en votre faveur, surtout lorsqu’il s’agit de l’irrigation de vos plantes. Un système d’arrosage par gouttes et de récupération des eaux des pluies peut attirer les oiseaux qui s’occuperont des mauvais insectes.

en permaculture, respecter le vivant, la nature vous le rendra au centuple

Vous devez favoriser l’ensoleillement des plantes et couvrir le sol pour ne pas affecter leurs racines qui vont leur permettre d’interagir et de se protéger mutuellement. Vous pouvez utiliser des poules au lieu des pesticides, car celles-ci vont manger les limaces et les escargots et leurs défections vont servir à fertiliser davantage le sol pour un meilleur rendement.

En plus de cela, vous pouvez récupérer les restes des fruits et légumes que vous consommez pour faire du compost très utile pour la fertilisation du sol.

Une fois que vous aurez respecté toutes ces conditions, vous pouvez être sûr que votre jardin potager cultivé en permaculture donnera des légumes parfaitement sains, beaucoup plus goûteux et avec un impact positif sur votre santé par rapport aux produits des supermarchés, d’autant plus que vous contribuez à la sauvegarde de l’environnement.

Laisser un commentaire